Le triple vainqueur du concours de dunks a fait parler de lui lors d’un match de D-League cette nuit.

Etre petit n’est généralement pas un avantage sur un terrain de basket. Il y a bien sûr des contre-exemples, avec Muggsy Bogues qui a fait une belle carrière dans les années 90 à 1,59m ou Allen Iverson, qui est considéré comme l’un des meilleurs scoreurs de l’histoire de la NBA à seulement 1,83m. Aujourd’hui, on voit Isaiah Thomas faire des étincelles avec Boston et s’élever au rang de prétendant au titre de MVP avec 29,7 points (2e meilleur scoreur) et 6,3 passes par match en 2016-17. A seulement 1,75m. C’est très exactement la même taille qu’un certain Nate Robinson, qui a fait des misères au grand Edy Tavares, mesuré à 2,18m, la nuit dernière lors d’un match de D-League entre les Raptors 905 et les 87ers du Delaware, au Bob Carpenter Sports Convocation Center (victoire du club canadien, 110-96).

Nous sommes dans le deuxième quart-temps de cette partie. Nate Robinson travaille balle en main sur le côté droit du terrain, entre la ligne à trois points et la ligne de touche, et se retrouve avec deux défenseurs sur le dos, l’ailier EJ Singler (1,98m) sur sa gauche et donc le pivot Edy Tavares, sur sa droite. Serré de près le long de la ligne de touche, Robinson choisit de passer… entre les jambes dudit Tavares pour se sortir de cette prise à deux. Littéralement, ce n’est pas une façon de parler (voir vidéo ci-dessous)… Bingo pour l’ancien NBAer, qui ne parvient pas à marquer mais obtient deux lancer-francs en provoquant une faute en attaquant le cercle…

Une bonne occasion de (re)faire parler de lui pour l’ancien joueur de New York, Boston, OKC, Golden State, Chicago, Denver, des Clippers et de La Nouvelle Orléans (618 matches en NBA – 11 points, 2,3 rebonds et 3 passes décisives par match, ndlr), avec un passage par Israël et l’Hapoël Tel Aviv la saison passée. Triple vainqueur du concours de dunks (2006, 2009 et 2010), Nate Robinson rêve d’un retour en NBA et a donc choisi la D-League pour montrer aux recruteurs de la grande ligue qu’il a encore quelques tours dans son sac, à 32 ans. Un joueur qui a toujours su réaliser des coups d’éclat face aux géants de l’Association grâce à ses qualités athlétiques hors du commun. On se souvient par exemple de ses contres sur LeBron James ou Yao Ming (voir Top 10 de sa carrière ci-dessous) entre autres faits d’arme…

PARTAGER