L’artisanat occupe une place importante au Congo et dans les autres pays africains, même si la plupart des intervenants dans le secteur opèrent encore de manière informelle et sur un marché très limité, dont ils tirent très (trop) peu de revenus eu égard au travail fourni. Un comité de coordination pour le développement et la promotion de l’artisanat africain (CODEPA) qui rassemble plusieurs pays du continent, dont la RDC, a même été créé en vue de formaliser cette activité économique et de coordonner des actions à l’échelle du continent. A Kinshasa, quelques structures encadrent des groupes d’artisans afin de maximiser leurs chances de pouvoir vivre dignement de leur art et savoir-faire, et afin de promouvoir leurs œuvres et productions auprès d’un plus large public. Partant du constat que l’artisan connaît son métier mais faute de moyens, ne produit que sur commande et expose peu. Mais outre ces structures et magasins plus « établis », le lieu par excellence où l’on vend de l’artisanat à Kinshasa et qui fait partie des immanquables parmi les visites à faire en ville, c’est bien sûr le Marché des Valeurs dans le quartier Royal, non loin du Boulevard du 30 juin. Ambiance de souk où l’on se fait harponner et solliciter de tous côtés, et où l’on tchatche et négocie ferme, le tout dans la bonne humeur générale et pour des pièces qui valent bien souvent la peine et à des prix dérisoires. Son équivalent à Lubumbashi, c’est le marché d’œuvres d’art de Kalukuluku. Mais on trouve ces marchés d’art dans toutes les villes congolaises d’une relative importance. Quelques vendeurs et artisans ambulants tiennent aussi des stands ou exposent quelques œuvres dans des hôtels ou lors de manifestations, voire dans la rue. Que ce soit au marché ou en rue, peu d’arnaques à signaler au niveau de la qualité des objets vendus, si ce n’est les prix à diminuer de moitié, voire par trois ou quatre selon le degré de bagout et l’humeur du vendeur qui les adapte bien sûr à la tête du client. Mais ça fait partie du jeu ! Même si de plus ou moins grandes différences sont constatées entre certaines villes et régions, en fonction du coût d’approvisionnement notamment. Kinshasa restant cependant l’endroit où les prix pratiqués restent les plus intéressants, avec une large marge de négociation, et pour une variété de produits inégalée par rapport aux autres villes, provenant de partout dans le pays. Mais où que ce soit, il y a clairement moyen de faire de bonnes affaires et de trouver son bonheur parmi la diversité d’objets proposés. A noter, parmi les caractéristiques et spécialités de l’artisanat congolais / kinois, que certains objets fabriqués le sont à partir de matériaux de récupération (boîtes de conserve, vieux métaux…). Un véritable recyclage s’opère donc en donnant une seconde vie à certains produits, avec une sacré dose d’inventivité et créativité à l’œuvre chez les artistes et artisans locaux, pour qui c’est souvent une contrainte économique au départ.

Parmi les principaux objets d’artisanat que l’on peut trouver à Kin notamment (avec des pièces provenant de l’intérieur du pays selon des méthodes et savoirs-faires propres aux différentes régions et ethnies), on peut citer les suivants :

Commentaires

PARTAGER